Interview de Dorothée Lacroix, International Managing Director de Numberly : Pionnier du Data Marketing et expert reconnu en CRM et Display Programmatique.

Pouvez-nous parler de l’aventure internationale de Numberly?

L’international a commencé il y a 8 ans, en juin 2009 à Londres. J’étais alors Directrice Marketing du Groupe 1000mercis et j’avais envie de partir en Angleterre.

Cela faisait aussi sens pour 1000 mercis d’attaquer le marché anglais. Londres c’est un gros hub international en Europe . Les sièges européens d’entreprises comme Expedia, Easy Jet et autres sont tous sur place.

On s’est alors mis d’accord avec Yseulys Costes et Thibaut Munier, les fondateurs, pour que j’ouvre le bureau. On est parti de rien sur place, on avait pas de client et il a fallu tout mettre en place.

La deuxième étape a été New York où nous avons ouvert un bureau il y a 4 ans. New York, c’est la 1 ère ville des USA avec une énorme concentration de prospects et clients pour nous.

Puis on a enchaîné, en 2014, avec Palo Alto et Dubaï l’année suivante. On a ouvert le bureau de Palo Alto car Yseulys et Thibaut sont à l’origine des chercheurs en marketing et ils avaient besoins de se rapprocher de Stanford où ils enseignent. Pour Dubaï nous avons tout simplement reçu un appel entrant que nous avons traité et c’est comme ça que notre aventure a commencé là-bas, avec beaucoup d’allers-retours pendant un an, puis l’ouverture du bureau l’année d’après avec une équipe locale.

L’année 2014 a marqué un vrai tournant sur l’international pour le Groupe 1000 mercis. C’est à ce moment que nous avons changé de marque pour nous appeler numberly.

Cette année nous allons ouvrir la Hollande avec un bureau à Amsterdam.

Aujourd’hui sur les presque 500 employés, on a une cinquantaine de personnes à l’international tous dédiés au Business Development, au Marketing et à l’account Marketing. Toute la production se faisant dans nos bureaux à Paris.

Comment priorisez vous l’ouverture des pays?

Jusqu’à présent notre expansion s’est vraiment fait par opportunité. 2016 va être l’année de consolidation de notre présence internationale via nos filiales, avant de continuer l’expansion européenne et internationale à partir de 2017. On regarde notamment l’Asie.

Une fois le pays choisi, quelles sont les grandes étapes de développement dans un pays?

Notre objectif numéro 1 une fois le pays choisi, c’est de faire du CA. Dans les filiales, il n’y a pas de production tout est fait à Paris donc les équipes sont vraiment dédiées au business.

Avec l’expérience, aujourd’hui on va dans un pays quand on a déjà du business sur place. L’étape d’après est de recruter le Country Manager, les équipes de vente et marketing.

La mise en place juridique, fiscale et comptable est gérée par notre CFO.

Sur place, on essaye de rentrer dans un maximum de réseau, d’être speaker à toutes les conférences. Pour les RP, on commence tout juste à en faire aux USA.

Quel est votre quotidien en tant que International Managing Director de numberly?

Concrètement je passe 40% de mon temps sur du business development et du networking plutôt au UK, où je suis basée.

Ma deuxième mission c’est de manager les équipes et les projets existants à l’international, en Europe et au Middle East. Je regarde si les projets se passent bien, j’échange avec les équipes.

Pour ça, je voyage presque toutes les semaines à Paris ou en Europe (Belgique, Amsterdam, Italie). Je suis à Dubaï tous les 2 mois. On a également récemment signé une mission sur le Brésil, je pars dans 10 jours pour suivre et épauler la personne qui est sur place.

Le Management d’équipe à distance est assez complexe, c’est nécessaire de beaucoup se déplacer pour être avec les équipes en local.

Quelles sont les difficultés / challenges rencontrés?

Premier challenge : transposer la culture d’entreprise d’un pays à un autre, quand les équipes grossissent. Chez numberly, quand on vient dans nos bureaux londoniens on retrouve la même atmosphère et les mêmes valeurs qu’à Paris : service, entraide, qualité d’exécution.

Dans tous les pays, il y a des gens qui ont travaillé au moins 2 ans à Paris. Du coup l’entraide entre les bureaux se met en place facilement. Pour Dubaï l’équipe a passé 6 mois en formation à Paris. Du coup on retrouve le même état d’esprit.

Le second challenge c’est la distance, la gestion des fuseaux horaires et des habitudes de travail. Concrètement, la production à Paris ne travaille pas le dimanche ce qui peut poser des problèmes au bureau de Dubaï qui lui travaille le dimanche mais pas le vendredi. Quand il est 14h le vendredi à San Francisco, il est déjà 22h ou 23 h à Paris…

Dernier challenge: le recrutement de non francophones. Aujourd’hui on a seulement 4 non francophones pour 500 employés. Le recrutement c’est vraiment le plus important. Une fois qu’on a le Country Manager local c’est plus simple. Pour ça on passe par des agences de recrutement. Par expérience on ne travaille qu’avec des agences locales, sinon cela ne donne rien.

On a également des questions qui reviennent pour chaque pays sur les contrats et les conditions de travail.

A l’inverse qu’est ce qui est très simple?

Recruter des VIE c’est très très facile. A Londres on a 9 VIE sur 25 employés. Ca permet d’avoir des talents à des coûts abordables.

Une anecdote à propos du développement international de Numberly?

Récemment Yseulys nous a raconté une anecdote sur son expérience aux Etats-Unis. En France, pour se dire bonjour dans un cadre professionnel, on sert la main pour une femme. Aux Etats-Unis elle a du apprendre à faire des hugs. D’ailleurs, elle passe ses week-ends à s’entrainer à faire des hugs.

Sur Londres ce qui me marque c’est que les anglais sont hyper enthousiastes au premier rendez-vous, tout est formidable. Pour avancer ensuite c’est plus compliqué.

Quelles sont les perspectives de développement de Numberly à l’international?

Aujourd’hui on fait 15% de notre Chiffre d’Affaires à l’international. Notre objectif c’est de faire plus que de doubler ce pourcentage dans les prochaines années. Cela passe par la consolidation des pays existants Etats-Unis, Angleterre, Emirats et l’ouverture de nouveaux pays : Amsterdam cette année et de nouveaux en 2017.

Pionnier du Data Marketing et expert reconnu en CRM et Display Programmatique, le Groupe 1000mercis a pour mission de concevoir des dispositifs multicanal (display, email, mobile, réseaux sociaux) et à fort ROI pour les annonceurs souhaitant optimiser leurs actions de conquête et de fidélisation sur tous les supports digitaux (PC, tablettes, mobiles, iBeacon et objets connectés In-store).

Créé en 2000, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 45,2 millions d’euros en 2014. Présent aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Moyen Orient et en France, le Groupe opère dans plus de 50 pays. Coté sur Alternext, 1000mercis consacre plus de 10% de son chiffre d’affaires à la R&D en particulier dans le domaine du machine learning et a la qualification « Entreprise Innovante » de BPI France.

PS. Cet article vous a plu ?

Une fois par semaine nous envoyons un email aux spécialistes cross-border et international au sein d’entreprises comme Deezer, Withings, Soundcloud, Parrot et d’autres. Vous avez envie de les rejoindre ? Inscrivez-vous ici :

mercurr est une communauté accessible sur invitation uniquement, qui accélère votre croissance internationale. Cliquez ici pour en savoir plus.